Que symbolisent les Dragons<br> pour la culture chinoise ?

Que symbolisent les Dragons
pour la culture chinoise ?

de lecture - mots

Portada - Detalle del Muro de los Nueve Dragones de la Ciudad Prohibida de Beijing, China. (Wing/GNU Free)

Une porte s'ouvre et l'empereur se tient debout : la fête va commencer. Neuf dragons, tous brodés d'or, serpentent sur la tunique de soie jaune, qui s'enflamme avec la démarche du monarque. Quand il entre dans la salle, le silence tombe comme un lourd rideau. Les courtisans et la famille le vénèrent, car personne dans toute la Chine n'oserait oublier une tradition qui a marqué la culture populaire pendant des siècles : l'empereur, le dieu dragon incarné, s'est rendu présent.

Depuis que la civilisation chinoise a commencé à avoir des documents écrits, la figure du dragon occupe une place prépondérante dans son symbolisme. Contrairement au dragon connu dans la mythologie occidentale (un reptile ailé qui crache du feu), le dragon chinois est une créature sage et puissante, dont la présence a toujours été synonyme de bon augure. En effet, au cours de l'évolution des différentes dynasties, le dragon est resté au cœur du peuple comme le symbole incontesté de leur civilisation et a même été l'image centrale sur le drapeau de la dernière dynastie, la dynastie Qing, avant que le parti communiste ne prenne le pouvoir.

Túnica con dragones del Emperador chino Qianlong (1736-1796). Museo Grassi de Leipzig, Alemania. (Dr. Meierhofer/GNU Free)


Tunique avec les dragons de l'empereur chinois Qianlong (1736-1796). Musée Grassi à Leipzig, Allemagne. (Dr. Meierhofer/GNU Free)

Après la révolution culturelle, les dirigeants du Parti communiste ont tenté, sans grand succès, d'éliminer le dragon chinois comme symbole national, en remplaçant sa figure par celle du panda géant. Mais encore aujourd'hui, beaucoup de Chinois maintiennent la croyance que cet animal sacré, lié à tous les empereurs de l'histoire, est l'ancêtre de toute civilisation, le divin étant responsable de l'invocation de la pluie, du vent, des nuages et du soleil.

C'est pourquoi, depuis des temps immémoriaux, les Chinois se désignaient eux-mêmes comme "fils" ou "héritiers" du dragon et l'utilisaient comme sujet de prédilection en peinture, artisanat, décoration, calligraphie, céramique et ornements en jade. Dans la Chine d'aujourd'hui, le dragon est encore synonyme de noblesse, de fortune et de solennité.

Le gigantesque et ancien dragon chinois en pierre de Handan
Incroyable gravure en picto d'un dragon découvert sur une île écossaise après une tempête.
Observation de dragons en Chine : mythe ou réalité ?

Cabeza de dragón esculpida en el Templo Dabeilou de Jinhua, China. (Dotshots/CC BY-SA 3.0)

Tête de dragon sculptée au temple Dabeilou à Jinhua, Chine. (Dotshots/CC BY-SA 3.0)

Le dragon chinois et le dragon occidental

Bien que le mot "dragon" soit utilisé de façon interchangeable pour désigner des êtres mythologiques d'Orient et d'Occident, il est rare de trouver des similitudes entre les dragons chinois et occidentaux. En fait, les deux sont des animaux complètement différents. En Chine, le nom du dragon chinois et du dragon occidental est différent, le premier correspondant au nom 龍, prononcé "loong" : pour ceux qui connaissent peu l'écriture chinoise, le pictogramme lui-même implique déjà la magnificence.

Le plongeon huard et le dragon occidental diffèrent non seulement par leur anatomie, mais aussi par leur caractère et ce qu'ils représentent dans différentes cultures est presque antagoniste. La figure du dragon occidental correspond à celle d'un grand reptile ailé au long cou, aux ailes de chauve-souris, aux cornes triangulaires, aux dents pointues et à la queue dont la pointe ressemble à une flèche. Son apparence est très similaire à celle d'un dinosaure jurassique, sauf qu'il a la capacité de voler et de cracher du feu.

Representación de dragón chino a la izquierda y un dragón occidental a la derecha. (Imágenes: La Gran Época)

Représentation d'un dragon chinois à gauche et d'un dragon occidental à droite. (Images : Les grands âges)

Bien qu'avec certaines variations dans la littérature, le dragon occidental a toujours été considéré comme la représentation du mal, étant mentionné même dans les textes chrétiens comme la manifestation de Lucifer. Généralement, ils jouaient dans des histoires où ils étaient les gardiens de trésors ou des personnes terrorisées. Dans les mythologies grecque, nordique et germanique, ceux qui ont tué un dragon sont automatiquement devenus des héros.

À l'autre extrémité se trouve le loong, qui transmet toujours la bonté et la sagesse. Sa forme physique ressemble à celle d'un grand serpent, mais avec des caractéristiques secondaires d'autres animaux : barbe, yeux de homard, cornes de cerf, museau de bœuf, moustaches de poisson-chat, crinière de lion, écailles de poisson et serres d'aigle. La conjonction de ces caractéristiques signifie que le loong s'élève comme le roi des animaux. Selon les différentes interprétations ou sous-espèces, certaines caractéristiques physiques peuvent varier. Ainsi, le nombre de doigts peut varier de cinq (seuls les empereurs pouvaient utiliser un loong ainsi qu'un emblème) à quatre, trois, deux ou aucun.

Dragón chino: en el medallón que se observa sobre el dragón aparece la Liebre Blanca de la Luna, al pie de un árbol casia, preparando el elixir de la inmortalidad. (Public Domain)

Dragon chinois : dans le médaillon observé sur le dragon apparaît le Lièvre blanc de la Lune, au pied d'un cassier, préparant l'élixir d'immortalité. (Domaine public)

Des archéologues suédois découvrent un fragment de broche viking représentant la tête d'un dragon
D'étonnantes têtes de dragon trouvées dans l'ancien palais d'été de Xanadu
Saint Georges et le dragon : la légende de Georges de Cappadoce
L'histoire du loong chinois est aussi ancienne que la civilisation qui le vénère. Son symbolisme en a fait le protagoniste de centaines d'histoires dans lesquelles il est lié à des empereurs. Ses vertus incluent la grandeur, la puissance, la bonté, la sagesse, la pureté et la divinité. Elle est également représentative du caractère yang ou masculin, et possède un grand nombre de pouvoirs divins.

Magie et puissance
Le loong a toujours été crédité de pouvoirs fantastiques. Bien qu'il n'ait pas d'ailes, il peut voler et nager, et a une grande influence sur le climat. Malgré leur grande taille physique, les loongs n'apparaissent que sporadiquement et disparaissent en un instant, se cachant dans les mers, rivières, nuages ou montagnes. De plus, ils ont tendance à se déplacer dans une autre dimension spatiale, hors du champ visuel de l'homme.

Ilustración de un espíritu chino benéfico a lomos de un loong. Werner, E. T. C. (1922) Mitos y leyendas de China. (Public Domain)


llustration d'un esprit chinois charitable sur le dos d'un loong. Werner, E. T. C. (1922) Myths and Legends of China. (Domaine public)

Pour les anciens Chinois, le loong était responsable de la production de la pluie et de l'appel du vent, des nuages et du soleil. Son pouvoir sur tous les aspects hydrologiques était indéniable. Elle dominait les mers, les rivières et les chutes d'eau, où elle se matérialisait sous différentes formes. Par conséquent, en période de sécheresse ou d'inondation, il était de tradition d'apporter une offrande au temple de Loong et de lui demander de rétablir des conditions normales. A tel point que les observations supposées enregistrées ont presque toujours eu lieu en cas de pluie ou de tempête.

Même certains de ceux qui croient en l'existence de cet animal divin affirment que, parfois, au cours de leur travail pour générer des pluies, ils subissent des accidents avec les rayons qui les blessent et les font tomber dans notre dimension.

Image de couverture : Détail du mur des neuf dragons de la Cité interdite de Beijing, Chine. (Wing/GNU Libre)


Newsletter

Recevez nos articles dans votre boite email.